Smileys et émoticônes, qui sont-ils ?

smileyVous les avez déjà croisés au cours de vos navigations sur Internet, sans trop savoir qui étaient ces petits visages souriants, ou vous en êtes un fervent utilisateur et les connaissez tous par cœur ? Dans tous les cas, vous en avez sûrement déjà entendu parler ou les avez déjà vus ! En quelques années à peine, les smileys, ou émoticônes, sont venus ponctuer nos écrits sur le Web de façon ludique et originale. Ils ont su trouver leur place dans nos phrases.

Mais savez-vous que « parler smileys » revient un peu à pratiquer une langue étrangère ? Ils sont amusants, mignons ou obscènes… On en trouve pour dire tout et n’importe quoi et il en nait de nouveaux chaque jour. Mais, qui sont-ils ?

L’origine du smiley

Ce petit dessin stylisé représentant un visage jaune souriant et exprimant la joie ou l’amitié est aujourd’hui largement répandu sur Internet mais c’est pour une campagne de promotion interne qu’il vit le jour en 1953. Harvey Ball le créa pour améliorer le moral des employés d’une société d’assurance américaine, mais l’image ne fut jamais protégée et tomba dans le domaine public. Il s’appelait alors « Happy Face », son créateur l’inventa en 10 minutes et ne toucha que 45 dollars pour ce qui allait devenir le symbole le plus connu au monde.

C’est au début des années 1970 que le dessin devint populaire, grâce aux frères Spain, qui réussirent à acquérir les droits d’exploitation et qui l’utilisèrent à des fins commerciales. Ils produisirent ainsi des macarons, des t-shirts, des autocollants, des tasses à café… frappés du symbole et du slogan « Have a happy day ».

Le journaliste français Loufrani assure, quant à lui, être à l’origine du dessin en 1968, créé pour désigner les bonnes nouvelles dans le journal France Soir. Le smiley sera ensuite déposé par sa société « Smileyworld » en 1971 (excepté aux USA). En 1997, la société compléta la gamme de smileys en créant de nouvelles formes et de nouvelles variations du logo, qui furent très rapidement réutilisées sur Internet, via les forums de discussion, messageries instantanées…

Smiley et émoticônes

On attribue l’invention de ces émoticônes contemporaines et informatiques, composées de signes de ponctuation, à Scott Fahlman, professeur à l’université de Carnegie Mellon, aux Etats-Unis. Il créa le symbole : – ) en 1982 pour identifier les messages drôles ou ironiques qui circulaient sur le forum de son université. Ensuite, le symbole : – ( suivit. Vous noterez qu’en penchant la tête sur le côté, on voit nettement apparaître un visage, avec les deux points pour former les yeux, le tiret pour le nez et la parenthèse pour la bouche. Les émoticônes firent ainsi leur apparition dans le langage et la ponctuation informatique.

Le smiley, comme son nom l’indique (de l’anglais « smile », « sourire ») représente, quant à lui, un sympathique visage jaune souriant, tel un vrai petit personnage. Il a ensuite été décliné en un tas d’émoticônes imagées, représentant par exemple un visage triste (appelé « frowney »), un cœur, un visage en colère, un soleil, une rose… Avant que le terme « emoticon » ne soit inventé en 1990 pour décrire tous ces symboles, « smiley » désigna toutes les variations qui virent le jour. La traduction littérale française « émoticône » n’apparut qu’en 1996 et est depuis largement utilisée, bien que la Délégation générale à la langue française et aux langues de France recommande le terme « binette », qui lui, n’emporte pas l’unanimité des utilisateurs.

Leur utilisation et signification

Les émoticônes servent essentiellement à apporter une précision de tonalité à un message véhiculé, via les messageries instantanées, les forums, les e-mails,… En effet, déceler l’ironie, par exemple, dans un message écrit, n’est pas toujours évident et les erreurs d’interprétation peuvent mener à bien des quiproquos. C’est là leur principale fonction. Elles véhiculent une émotion au moment même où elle est ressentie. La plupart des supports transforment désormais automatiquement en image les signes de ponctuation qui composent les émoticônes.

Elles créent un langage universel, original, facile à comprendre. Elles rendent aussi nos écrits plus gais, plus colorés et plus ludiques. Elles peuvent même être animées et faire des bonds, se déplacer sur notre écran, rire ouvertement ou pleurer à chaudes larmes, comme des petits personnages de dessins animés ! Voilà pourquoi les enfants (mais pas seulement) les aiment tant. Ils sont même capables de tenir de véritables conversations entièrement composées d’émoticônes. En voici quelques-unes qui expriment bon nombres d’émotions, mais elles peuvent aussi représenter des animaux, des objets,…

Fotolia_5051322_XS

On peut même en fabriquer soi-même sur ce site par exemple, ou encore, avec un logiciel de retouches d’images et une photo de vous, vous pouvez créer une émoticône personnalisée avec votre visage !

Les émoticônes mangas

Au Japon, on les appelle « Kao Moji », ou « visage de face », car elles ont la particularité de pouvoir se lire sans pencher la tête à gauche. Elles sont aussi directement inspirées des expressions de personnages de mangas.

Par exemple : -_-‘ symbolise un personnage gêné, avec une goutte de sueur sur le front. Elles permettent des interprétations différentes et apportent une certaine nuance par rapport à nos « binettes » occidentales.

Il semblerait que les expressions faciales soient déchiffrées différemment par les Américains et les Japonais. Ainsi, les Japonais se concentreraient sur les yeux et les Américains sur les lèvres. Ceci expliquerait que les émoticônes occidentales présentent une grande variété de bouches tandis que les émoticônes japonaises présentent une large variété d’yeux.

Quelques expressions occidentales :    : )    : (   : /   : D   😛
Quelques expressions japonaises :   ^_^   n_n   ô_O   -_-   x_x

Ainsi, les émoticônes peuvent représenter tout et n’importe quoi : un sentiment, une humeur, une envie, un objet… On en voit apparaître de nouvelles chaque jour, pour le plus grand bonheur des plus jeunes internautes qui en sont très friands. Les émoticônes font partie d’une transformation radicale du langage et de l’écriture. Elles sont pratiquement devenues une langue à part entière. Les plus vieux ont d’ailleurs parfois du mal à suivre nos adolescents car ils ont tendance à utiliser ce « langage du Web », si facile et rapide à écrire, aussi au quotidien, avec des expressions, des abréviations, comme « lol », « mdr », « jtm »… Le tout, ponctué d’émoticônes pour mieux faire passer le message ! S’ils les aiment tant, c’est probablement pour leur facilité et rapidité d’écriture ou de prononciation. On peut véritablement considérer qu’il y a désormais un dialecte spécifique au Web et il est très imagé !

Partager : Facebook Twitter Plusone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*