Le marché de la cybercriminalité est en plein essor

Panda Security a publié les résultats d’une étude sur la cybercriminalité. Les conclusions sont édifiantes: les numéros de cartes bancaires volées se vendent 2$, et des réseaux d’ordinateurs infectés peuvent être loués 15$.
« C’est un secteur en plein essor, et les cybercriminels sont complices les uns des autres et s’assistent mutuellement dans leurs efforts pour voler des informations personnelles à des fins de gains financiers », selon un rapport rédigé au terme d’une enquête menée par des spécialistes infiltrés dans des réseaux criminels. Cette enquête de PandaLabs, le laboratoire de Panda Security, a mis au jour « un vaste réseau de revente de données bancaires et d’autres produits, actif dans des forums et plus de 50 boutiques en ligne spécialisées ».

Les criminels ne s’intéresseraient plus seulement aux numéros de cartes bancaires ou cartes de crédit volées, mais à « toute une gamme bien plus étendue d’informations piratées, dont des identités bancaires, des mots de passe et noms d’usager, des fausses cartes de crédit entre autres ».

L’anonymat d’Internet leurs permet d’utiliser des forums clandestins, mais certains ont également des comptes de façade sur des sites communautaires.

Un numéro de carte de crédit ou des coordonnées bancaires simples, sans information sur la ligne de crédit ou les fonds liés aux comptes, peuvent s’acheter 2$. Le prix peut grimper à 80$ pour des comptes approvisionnés et dépasser 700$ pour accéder à un compte avec plus de 82 000$.

Pour utiliser un réseau de botnets, la location peut commencer à 15$. En ce qui concerne les cartes de crédit ou bancaires clonées, elles se vendent à partir de 180$, et le blanchement d’argent est taxé d’une commission de 10 à 40%, selon le montant des sommes en jeu.

Partager : Facebook Twitter Plusone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*