La Scandinavie s’inquiète de la vie privée sur Facebook

Les autorités chargées de la protection des données personnelles de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et du Danemark ont adressé une lettre à Facebook afin d’obtenir des précisions sur la gestion des données personnelles par le réseau social. Les pays scandinaves ont posé 45 questions sur le partage des informations à des sociétés tierces. Lire la suite

Partager : Facebook Twitter Plusone

Des mots de passe de militaire dans la nature

Des pirates, proches du mouvement AntiSec, sont parvenus à mettre la main sur 90 000 mots de passe appartenant à des militaires américains grâce à une injection SQL. Des e-mails, codes sources, et autres informations ont également été dérobées à la société Booz Allen Hamilton, une société de conseil militaire, en réponse à ses agissements (espionnage, entre autres). Les mots de passe sont codés en Base64 (Sha1). Lire la suite

Partager : Facebook Twitter Plusone

L’OTAN piraté

Les hackers, connus sous le nom d’Inj3ct0r Team, ont mis en ligne le document « NATO Tomcat 5.5 Servlet Backup », contenant 2 646 fichiers appartenant à un serveur de l’OTAN. Des données confidentielles auraient été obtenues et pourraient se retrouver sur WikiLeaks. Ils déclarent : « très bientôt, toutes vos stupides idées seront publiées sur WikiLeaks ».

Le groupe de pirates reprochent à l’OTAN de financer des armes nucléaires et de ne pas avoir suffisamment sécurisé son serveur.  Lire la suite

Partager : Facebook Twitter Plusone

Aux USA, les internautes ne font pas confiance aux réseaux sociaux

69% des utilisateurs américains affirment être sensibles à la sécurité des réseaux sociaux. L’étude, réalisée par Harris Interactive pour Eset, révèle également que 55% d’entre eux disent mettre à jour les paramètres de confidentialité moins d’une fois tous les six mois, voire jamais. Ils ne sont aussi que 15% à avoir modifié leurs mots de passe pour ces sites. Lire la suite

Partager : Facebook Twitter Plusone

Le code source de Stuxnet a été publié sur Internet

Nous vous le présentions cet hiver, Stuxnet, le ver le plus dangereux du monde découvert il y a tout juste un an, pourra désormais être étudié avec précision. Son code source a été mis en ligne et est téléchargeable par tous.
Si la nouvelle pourrait faire le bonheur des pirates voulant reproduire le ver, le code source servira aussi aux experts en sécurité informatique à mieux le connaître et à trouver précisément comment s’en défendre. Lire la suite

Partager : Facebook Twitter Plusone