« Opération Payback » : les ennemis de WikiLeaks n’ont qu’à bien se tenir

Ces jours-ci, le site WikiLeaks ne s’est pas fait que des ennemis. Depuis le début de la semaine, le groupe de hackers « Anonymous » lance des attaques DDOS afin de paralyser les sites des opposants à WikiLeaks. Anonymous explique que sa démarche est motivée par la lutte contre toute forme de censure sur Internet.

Anonymous s’est rendu célèbre pour ses actions menées contre le site de l’église de Scientologie et celui de la RIAA. Plusieurs société et institutions dont Amazon, PayPal, MasterCard et Visa ont été visées par l’ « Opération Payback » du groupe de hackers, qui annonce ses attaques par déni de service à l’avance sur Twitter.

Twitter ferme puis rouvre le compte d’Anonymous
Hier soir à 23h55, Anonymous postait un tweet pour conseiller aux « gens du monde industriel » de résilier leur MasterCard, avec un lien vers 10 000 numéros de cartes bancaires et leur date d’expiration. MasterCard s’est empressé de démentir sur son compte Twitter : « Les rumeurs sur la faille de sécurité son fausses. Les numéros publiés sont faux. Les données clients sont en sécurité ». Ce message fut le dernier que le groupe posta sur Twitter, 30 minutes plus tard le compte @Anon_operation était suspendu. Pas pour longtemps puisqu’il réapparaissait une heure après légèrement modifié avec un « s » à la fin : @Anon_operations. En guise de premier message, on pouvait lire : « Le compte a été restauré, Twitter nous a assuré que la fermeture de notre compte était accidentelle. Prochaine cible bientôt ».

Les principales cibles d’Anonymous ces 24 dernières heures
L’attaque contre visa.com a paralysé le site en moins de 5 minutes hier soir à 22h. Trente minutes après le début de cette attaque, la page Facebook « Operation Payback » était supprimée pour « violation des termes d’utilisation ». Il y a fort à parier que le groupe s’en prenne bientôt à Facebook…

Hier soir, ABC rapportait que le site de Sarah Palin, figure emblématique des républicains conservateurs, ainsi que sa carte bancaire, ont été attaqués, suite à ses déclarations sur Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, le décrivant comme « un agent anti-américain avec du sang sur les mains ».

Paypal débloque les fonds de WikiLeaks
Paypal déclarait hier sur son blog, afin de clarifier les choses, qu’il débloquait les fonds présents sur le compte bloqué de WikiLeaks. Le compte avait été suspendu après que le département d’Etat leur ait signifié que leur activité était illégale. En effet, le compte restera bloqué mais l’argent restant dessus (environ 60 000€) sera restitué à la fondation Wau Holland chargée de collecter ces fonds.

Du côté de WikiLeaks
De son côté, Kristinn Hrafnsson, le nouveau porte-parole de WikiLeaks, a déclaré à propos de ces attaques : « Nous n’encourageons ni ne condamnons cela. Il s’agit d’une réflexion publique ». Dans la soirée, WikiLeaks publiait un article citant un câble diplomatique de l’ambassade américaine en Russie daté du 1er février 2010 démontrant le lobbying du département d’Etat en faveur de Visa et MasterCard.

Partager : Facebook Twitter Plusone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*