Pourquoi protéger son nom de domaine ?

NOMDEDOMAINEVous souhaitez lancer votre activité sur Internet pour gagner en visibilité ? Sachez que pour vendre en ligne ou simplement vous faire connaître, il est vivement conseillé de choisir un nom de domaine et le déposer.

Au même titre que la marque ou le nom d’une entreprise, votre nom de domaine fait partie de votre stratégie commerciale. Il représente votre identité en ligne et définit l’adresse de votre site, vos adresses e-mails… Il est le moyen de communiquer sur votre activité au monde entier et de vous faire connaître. Vous comprenez donc pourquoi il est important de le protéger. Déposer votre nom de domaines est la première étape pour assurer la protection de votre identité, mais cela ne suffit pas, il est conseillé, par exemple, d’enregistrer également plusieurs extensions, d’effectuer des redirections…

De quoi le protéger ?

Le cybersquatting est une pratique de plus en plus utilisée et très redoutée par les marques sur Internet. Elle consiste à acheter et à occuper des noms de domaine en vue de les revendre ou de nuire à la visibilité de la marque visée. Parmi les techniques de cybersquatting on peut citer le typosquatting, qui consiste à déposer un nom de domaine dont l’orthographe et/ou la phonétique se rapproche d’un nom, d’une marque ou d’un site Web connu.

Il existe plusieurs sortes de typosquatting. Prenons l’exemple du nom de domaine « exemple.com » pour les illustrer :

  • Avec une faute d’orthographe : « exmple.com »,
  • Avec une phonétique proche : « example.com »,
  • En usant de l’inversion de caractères : « exemlpe.com »,
  • En doublant des lettres : « exxemple.com »,
  • En utilisant les touches adjacentes du clavier pour anticiper des erreurs de frappe : « exemplr.com, exemplz.com »,
  • Avec une extension différente : « exemple.fr, exemple.net ».

Ces fraudes servent généralement à nuire à l’image de marque d’une entreprise ou d’un produit, ou à gagner de l’argent. Les objectifs des typosquatteurs sont les suivants :

  • Générer du trafic afin de placer des espaces publicitaires sur leur site,
  • Nuire à l’image de la marque en y affichant les produits de ses concurrents,
  • Subtiliser les informations des internautes en leur faisant remplir un formulaire (pour un jeu concours, par exemple) et vendre ensuite cette base de données,
  • Intercepter des informations personnelles via des tentatives de phishing,
  • Revendre le nom de domaine au propriétaire de la marque.

Plusieurs personnes peuvent avoir intérêt à « squatter » votre nom de domaine : des particuliers qui veulent se faire un peu (et parfois beaucoup) d’argent, des entreprises spécialisées dans le cybersquatting, des concurrents et parfois même des Registrars mal intentionnés qui déposent une foule de noms de domaine pour les revendre. On parle, dans ce dernier cas, de zone de « parking ».

Comment se protéger ?

Si vous êtes victime de ces méthodes, il existe plusieurs solutions :

  • Vous pouvez procéder à l’amiable, via une transaction financière satisfaisante pour les deux parties et acheter l’adresse du site du typosquatteur.
  • Vous pouvez lancer une procédure de médiation UDRP (Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy) et votre litige sera soumis à l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle).
  • En dernier recours, vous pouvez lancer une procédure judiciaire en portant plainte auprès d’un tribunal.

En avril 2006, le Tribunal de Grande Instance de Paris a donné raison à la société Rue Du Commerce, victime de typosquatting sur deux adresses : rueducommerc.com et rueducommrece.com. L’exploitant de ces deux noms dû payer une amende de 25 000€.

Mais la prévention reste la meilleure des défenses. Pour vous assurer une protection optimale, vous pouvez aussi déposer votre marque à l’INPI.

Si vous possédez des marchés à l’étranger, par exemple, vous devez envisager de déposer votre nom de domaine aussi dans les extensions géographiques des pays concernés. De même, un nom de domaine en .FR devrait aussi être enregistré sous les extensions courantes (.COM, .ORG, .BIZ, .EU).
Cela permet de garantir un taux d’erreur minimal lorsqu’un internaute saisi l’adresse du site, par exemple, mais aussi d’éviter le domaine parking, cette technique lucrative consistant à rediriger des noms de domaines inutilisés vers des pages de liens publicitaires.

Déposez aussi des noms composés de fautes de frappes ou de fautes d’orthographes courantes. Faites ensuite pointer ces noms de domaine vers votre site principal afin de ne pas perdre vos visiteurs sur une simple page blanche.

En résumé, utilisez toutes les méthodes des cybersquatteurs pour anticiper et déposer les noms qui pourraient nuire à votre trafic s’ils sont utilisés par des tiers. Ainsi vous ne perdrez pas de visiteurs et vous ne permettrez pas aux personnes mal intentionnées de profiter de votre nom de domaine.

Vous pouvez aussi prendre des mesures pour vous protéger dans d’autres pays. La Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle, signée par 129 pays, ouvre un droit de priorité de 6 mois à compter du dépôt en France, pour vous permettre de déposer d’autres noms de domaines dans les pays de votre choix.

Le Pack Relais Domaine de NordNet vous permet de réserver, déposer et protéger votre nom de domaine. Il inclut également de nombreux services (redirection Web, renvoi d’e-mails, outil de création de site…) pour vous aider à professionnaliser votre image sur Internet.

Partager : Facebook Twitter Plusone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*